FC REMOIS : site officiel du club de foot de Saint-Rémy-sur-Avre - footeo

Analyse du footballeur

21 janvier 2018 - 07:48

je vous demande de faire l effort de lire cette analyse jusqu’au bout !!
c est long mais cela en vaut vraiment la peine !!

Un footballeur licencié effectue environ 160 heures de séances d’entrainement par an.
Pour la plupart, dont c’est le rêve d’enfant, vous avez débuté dans la catégorie débutants, vous avez environ 1000 heures de pratique à votre actif à l’âge de 13 ans. Quand les sirènes des pôles espoirs et des centres de préformation commencent à vous draguer.
1000 heures ! Auxquelles vous pouvez ajouter tout le temps passé à jouer au football au «city», dans la cour de récré, au parc, avec les copains.
Vous devez parfaitement maîtriser les aspects technique et tactique de votre sport favori. Si ce n’est en pratique, au moins en théorie.
Si ce n’est avec votre corps, au moins avec votre tête. La tête est indispensable. C’est elle qui contient les ressources nécessaires à votre progression.
Le but de l’entraînement est l’apprentissage, en vue de la progression.
Et pour apprendre, votre temps et votre attention sont les premières choses que vous devez donner, le reste suit tout seul.
Un célèbre neuroscientifique révèle une équation qu'il nous ramène de la prestigieuse université d'Harvard :
PROGRESSION = TEMPS x ATTENTION
Un entraînement dure environ 1h30 à 2h pour les plus âgés, donc le temps, vous l’avez. Qu’en est-il de votre attention ?
Si vous avez passé votre temps à chahuter avec les camarades, à ne pas faire les exercices éprouvants dès que l’entraineur avait le dos tourné, vous pouvez considérer que pendant tout ce temps passé en séance dans un tout autre état d’esprit que celui de la concentration, vous n’avez pas ou peu progressé car PROGRESSION=TEMPS x 0 = 0
Bien sûr, parfois, vous étiez attentifs, comme transportés, hypnotisés par le plaisir de pratiquer votre passion, et vous avez appris.
Ce sont ces périodes durant lesquelles vous avez le plus progressé.
Il est évident que le taux d’attention est proportionnel au plaisir pris. On ne peut être attentif qu’à ce qui ne nous apporte du plaisir, sinon, on va le chercher ailleurs. C'est le propre de notre cerveau. Et le plus souvent, à l’opposé de ce qu’on est en train de faire. Et à l’entraînement, l’esprit n’est plus à la progression.
Si on comptait notre temps d’attention par entrainement, on se rendrait compte que plus on grandit, plus on se force à venir en séance et moins on prend de plaisir à s’entraîner. Forcément si l’envie n’y est pas, on est moins attentifs ou pas du tout. Et la séance devient un défouloir.
Notre attention se réduit chaque année, au fur et à mesure que notre rêve se ternit puis s’éteint tout comme notre foi en nous. Quand on dit que l’espoir fait vivre, c’est un peu ça.
Vous comprendrez que c’est votre manque d’attention qui entrave votre progression technique, physique et tactique : le manque d’attention, donc de concentration, donc de présence mentale. Autrement dit, le corps physique est là, le corps mental, non ou peu.
La présence du corps physique ou corps matériel, c’est le temps, la présence du corps mental ou corps immatériel, c’est l’attention et au-delà la concentration. C’est là qu’intervient l’esprit.
L’âge avançant, vous commencez à vous dire que si vous aviez le moyen de revenir en arrière, vous vous attèleriez certainement beaucoup plus à votre objectif, n’est-ce pas ? Vous vous conduiriez autrement lors des séances d’entraînement et les mettriez à profit, n’est-ce pas ?
Vous ne vous attachez qu’à ce que vous voyez, n’est-ce pas ? Votre corps physique.
Vos préoccupations sont de courir plus vite, sauter plus haut, résister aux chocs, être plus puissant, améliorer votre vivacité, votre vitesse d’enchainements contrôle-frappe, faire des gestes techniques de grande classe, frapper avec précision, dribbler avec élégance etc…
Bref tout ce qui attrait à vos capacités mécaniques. Ce qui se voit.
On ne se préoccupe que de ce qui se voit, parce qu’on ne croit que ce qu’on voit, c’est pour cette raison qu’on occulte ce qui ne se voit pas :
Le mental ne se voit pas, vous y croyez ? L’intelligence non plus ! Vous y croyez ? Votre rêve, vous le voyez ? Vous y croyez ? De même, on ne peut ni voir l’amour , ni la concentration ni la pression. On les ressent !
D’ordinaire, on sait décrire à sa manière ce qu’on voit, mais pour ce qui est de ce qu’on ressent, on a énormément de mal à l’exprimer. Alors on ne l'exprime pas, on essaie de ressentir
La réalisation d’un rêve est à 100% mental.
Tout n’est que mental.
Si être doté d’un super talent à la naissance était gage de réussite, la vie serait injuste.
Vous avez tant d’exemples de professionnels voire de top joueurs en qui personne ne croyait.
Personne n’est dépourvu de talent, mais c’est chacun le sien. Il est en chacun de nous à la naissance. Le talent peut rester caché pendant des années puis éclore.
Le génie n’est pas inné, il est acquis.
Le génie résulte du travail et de circonstances favorables.
Et ces circonstances favorables sont un foyer d’amour constitué par ses deux parents équilibrés, dont l’éducation est basée sur l’épanouissement du talent de l’enfant.
Il est vrai que par les temps qui courent, c’est malheureusement loin d’être le cas de la majorité des familles. Alors si on veut faire naître son talent puis développer son génie, mieux vaut compter sur soi-même et son intelligence.
Peu importe votre « QI football », si le football est ce que vous aimez, si c’est votre rêve, votre mental le développera.
En revanche le talent a très peu de chance de développer le mental.
C’est vrai, il y’a des très doués. Ceux-là seront d’accord pour dire que si on n’a pas pris les bonnes habitudes dès le départ, la paresse mentale est à la hauteur du don.
Si on vous a posé des lauriers depuis tout petit, vous aurez une forte tendance à vous reposer dessus.
Vous à qui tout réussit du premier coup, quand face à vous, se dresse un adversaire, un concurrent qui vous résiste, votre intense peur de l’échec a bien souvent raison de votre mental. Vous êtes excellents face à un adversaire plus faible, vous jubilez et vous vous nourrissez de ces victoires faciles au cours desquelles vous brillez. Bientôt votre cerveau prend l’habitude de n’aimer que ces victoires sans combat, il s’en délecte et ne demande plus que ça. Vous n’en avez pas conscience puisque vous ne vous remettez jamais en question. Pourtant c’est ainsi que fonctionne plus ou moins votre cerveau. Votre plaisir n’est plus de progresser, mais de briller. Ce qui est plus difficile face à un adversaire qui vous impose le combat par sa présence. Là, votre cerveau finit par buguer dès qu’un combat se présente à lui, il ne sait pas comment vous faire briller. Vous l’avez engraissé en le nourrissant très mal et vous lui demandez de sortir les abdos. Vous finissez par entamer chaque combat avec la pensée que si vous ne brillez pas, vous allez passer pour un imposteur face à ceux qui vous encensent. Le combat vous inspire la peur de l’échec, la peur de perdre la face. Vous avez tout à perdre, donc vous perdrez face au vaillant.
Tout est mental !
Pour améliorer ses capacités physiques, il faut se dépasser chaque jour n’est-ce pas ?
Pour progresser techniquement, il faut réussir à ne pas se laisser distraire lors des exercices répétitifs et lassants.
Et tactiquement, il faut pouvoir rester le plus attentif possible à la voix de l’entraîneur pour comprendre ses instructions et avoir le plan clair imprimé dans son cerveau.
Le mental, c’est aussi ne pas se laisser perturber par le copain comique et populaire ou par ces voix intérieures, vos pensées qui mènent votre esprit très loin du terrain.
Nos capacités attentionnelles sont à la base de notre efficacité mentale, et ce d’autant que notre mode de vie tend à les affaiblir en interrompant à chaque instant notre attention.
le secret c'est le FOCUS.
S'entrainer à faire le focus, être à ce qu'on fait à l'entraînement, à l'école, à la maison, être là et pas ailleurs. Ni dans le passé qui nous donne des raisons de nourrir notre paresse, ni dans le futur qui nous fait douter parce qu'on l'imagine toujours négativement, mais dans le présent, parce que seul le présent est réèl.
Entraîner votre focus, votre cerveau s'améliorera dans tous les domaines.

Commentaires

2-1
U 17 / ST GEORGES F.C. 13 jours
U 17 / ST GEORGES F.C. et 5 autres : résumés des matchs 13 jours
1-1
SENIOR 1 / BROU ETOILE 13 jours
1-4
BOUTIGNY P AS / SENIOR 2 13 jours
0-2
DREUX A PORTU / SENIOR 2 13 jours
4-0
SENIOR 2 / STE GEMME MORONVAL 13 jours
3-2
STE GEMME MORONVAL / SENIOR 2 13 jours
3-2
STE GEMME MORONVAL / SENIOR 2 13 jours
1-2
CHERISY C OLY / U 9 EQ FILLE 21 jours
CHERISY C OLY / U 9 EQ FILLE : résumé du match 21 jours
1-2
CHERISY C OLY / U 11 EQ 1 21 jours
CHERISY C OLY / U 11 EQ 1 : résumé du match 21 jours
0-2
DREUX A PORTU / SENIOR 2 21 jours
DREUX A PORTU / SENIOR 2 : résumé du match 21 jours
MONTAGE VIDEO SOIREE ORIENTALE 22 jours

LA BOUTIQUE EN LIGNE DU FC REMOIS

PicsArt_11-02-07.51.54.jpg

LE NOUVEAU BARÈME DISCIPLINAIRE EST BEAUCOUP PLUS SÉVÈRE

Alors que la violence est en hausse sur les terrains de football, la FFF a choisi de durcir les barème disciplinaires pour la saison à venir. Etat des lieux.

La saison dernière, notre rédaction a relaté de nombreux faits de violences qui se sont déroulés sur les terrains de football amateur. Si la hausse de cette violence reste assez marginale, on peut toutefois remarquer une augmentation dans la gravité des actes. C’est pour cela que la FFF a décidé en mars dernier de relever une grande partie des sanctions à l’encontre des joueurs mais aussi – et surtout – des staffs techniques.

Les sanctions concernant l’anéantissement d’une occasion de but (deux matchs), les fautes grossières (trois matchs) et les propos, gestes et (ou) attitudes susceptibles d’offenser une personne (de deux à quatre matchs) n’ont pas été modifiées, tout comme les comportements obscènes (qui heurtent la décence, la pudeur ou le bon goût). Les comportements grossiers et injurieux ont eux été augmentés d’un match de suspension (article 6).

image: http://www.footamateur.fr/wp-content/uploads/2017/08/Article-6-1024x254.JPG

Les comportements intimidants et menaçants (article 8) prennent deux matchs de suspension supplémentaire.

image: http://www.footamateur.fr/wp-content/uploads/2017/08/Article-8-1024x249.jpg

Les comportements racistes et discriminatoires (article 9), souvent oubliés par les arbitres et autres officiels, sont passés de six à dix matchs pour les joueurs – et cinq mois pour un membre du staff technique – quels que soient les auteurs et les victimes. A noter que c’est la seule sanction qui ne fait aucune différence sur la victime (joueur, entraîneur ou officiel).

Les sanctions des bousculades volontaires (article 10) et les tentatives de coups (article 11) ont été largement revues à la hausse avec de deux à six mois supplémentaires si la victime est un officiel. Par contre la disproportion des sanctions si la victime est un arbitre ou un joueur/entraîneur/dirigeant est très (trop ?) importante. 

image: http://www.footamateur.fr/wp-content/uploads/2017/08/Article-10-1024x263.jpg

image: http://www.footamateur.fr/wp-content/uploads/2017/08/Article-11-1024x253.jpg

Concernant les crachats (article 12), les sanctions restent similaires à part à l’encontre des joueurs, entraîneur et dirigeants avec un match en plus c’est à dire de 6 (rencontre) à huit matchs (hors rencontre). Même chose pour les actes de brutalité / coups (article 13.1) avec une légère hausse pour les joueurs, entraîneurs et dirigeants (+2 matchs).

Ce qui a été très sensiblement augmentés, ce sont les sanctions pour les coups occasionnant une blessure dûment constatée par certificat médical. Pour les officiels, ce sont trois ans de suspension qui ont ainsi été ajoutés au précédent barème.

image: http://www.footamateur.fr/wp-content/uploads/2017/08/Article-13-888x1024.jpg

C’est plutôt une bonne chose de la part de la FFF d’avoir augmenté les sanctions sur les faits les plus graves. Mais celles-ci sont encore beaucoup trop disproportionnées entre les officiels et les autres acteurs. C’est peut-être une piste à creuser pour les prochaines saisons…


En savoir plus sur http://www.footamateur.fr/nouveau-bareme-disciplinaire-beaucoup-plus-severe/#lrk4VlYG2urxkpVu.99 

Par Jérome Bouchacourt -8 août 2017
En savoir plus sur http://www.footamateur.fr/nouveau-bareme-disciplinaire-beaucoup-plus-severe/#lrk4VlYG2urxkpVu.99

Aucun événement